Abonnement à Agridape

Accueil / Publications / AGRIDAPE / Les sentiers de la souveraineté alimentaire / Sécurité alimentaire en Guinée : le Gret mise sur les filières riz et huile de (...)

Sécurité alimentaire en Guinée : le Gret mise sur les filières riz et huile de palme

Le projet « Amélioration des Capacités des Organisations des Filières Riz et Huile de Palme » (ACORH) a été initié en 2009, en Guinée, en réponse à la hausse des cours des matières premières entre 2007 et 2008. Il est le fruit d’un partenariat de longue date entre deux organisations que sont le Gret et la Maison Guinéenne de l’Entrepreneur (MGE). Le projet soutient le développement de deux filières cruciales pour l’alimentation des familles et la sécurité alimentaire : le riz et l’huile de palme.

ACORH est un projet qui appuie la production, la transformation et la commercialisation du riz et de l’huile de palme et contribue à la structuration de ces filières, en Guinée Conakry. Il a démarré en 2009 par une phase courte en Haute Guinée et en Guinée Forestière. En 2011, le projet consolide ses actions en Guinée Forestière et intervient également en Basse Guinée. Ses actions sont orientées vers le développement de ces deux filières cruciales pour l’alimentation des familles et la sécurité alimentaire en Guinée. Le projet inclut aussi des actions de sensibilisation aux bonnes pratiques nutritionnelles en Guinée Forestière.

Le Gret est le chef de file et appuie plus particulièrement la production et la nutrition, en collaboration avec les organisations paysannes et les services techniques de l’Etat. La Maison Guinéenne de l’entrepreneur dédie son expertise à l’aval des filières pour le renforcement et l’organisation des métiers de la transformation et de la commercialisation. Les deux ONG sont associées pour accompagner la structuration des filières et les initiatives interprofessionnelles dans l’objectif de l’émergence, à terme, d’interprofessions efficaces.

Les objectifs du projet

ACORH vise à améliorer durablement la sécurité alimentaire du pays par :
•une productivité agricole accrue et une meilleure couverture des besoins des familles des producteurs ;
•une augmentation de la valeur ajoutée des acteurs des filières de l’amont à l’aval ;
•un meilleur approvisionnement des centres urbains en produits locaux de qualité ;
•une amélioration des connaissances et de l’état nutritionnels des ménages.

A cet effet, 83 groupements de riziculteurs et de planteurs équivalent à 1 500 producteurs, 165 groupements de transformateurs et commerçants de riz et d’huile de palme (2 900 opérateurs) ont été ciblés dans six préfectures que sont N’Zérékoré, Lola, Beyla, Boké, Coyah, Forécariah.

Activités

ACORH a d’abord agi pour une bonne connaissance des filières ciblées afin d’identifier les acteurs cibles et définir les besoins. Ensuite, le projet a appuyé les producteurs et les transformateurs en intrants (semences et graines pré-germées en particulier), équipements avec participation des groupements bénéficiaires. Il a aussi renforcé les capacités techniques, organisationnelles et de gestion des groupements de l’amont via un soutien spécifique à la mise en valeur agricole : formations, conseils agricoles et organisationnels, expérimentations de pratiques agroécologiques.

Pour les groupements de l’aval, le renforcement de capacités a été apporté au moyen de formations techniques, organisationnelles (gouvernance et fonctionnement des groupements) et économiques (gestion simplifiée), et d’un suivi- accompagnement de proximité.

Des réunions régulières de concertation inter-acteurs au niveau local, régional et national, ont permis de mettre en œuvre une démarche qualité et de conclure des accords interprofessionnels. Enfin, un dispositif de suivi-évaluation a été mis sur pied et une capitalisation des acquis et des actions de communication a été menée .

Ainsi, il nous semble que les principaux points forts de ce projet sont propres à sa spécificité : projet embrassant tous les maillons de la filière dans la recherche d’une dynamique interprofessionnelle (initiée autour de la gestion de la qualité), avec une dimension nationale pour un meilleur impact et en complémentarité avec d’autres actions.
L’intervention porte sur des appuis matériels mais aussi des formations nombreuses et un suivi accompagnement de proximité tant à l’amont qu’à l’aval, une concertation régulière entre les acteurs directs de la filière et avec les autorités et services techniques de l’Etat.

Résultats

Les actions menées dans le cadre du projet ACORH ont permis d’avoir des résultats significatifs en termes de renforcement des capacités des acteurs ciblés et de leurs organisations, d’amélioration de leurs revenus, d’augmentation des volumes et d’amélioration de la qualité des deux produits locaux visés.

L’appui conseil joue un rôle important. L’enjeu majeur est maintenant la pérennisation des cellules techniques au sein des organisations paysannes de l’amont (FEREPPAH, FEPRORI-GF), mais aussi l’émergence de cellules techniques dans les autres organisations : organisations professionnelles de l’aval (FERI-GF, FERI-BG), organisation interprofessionnelle de promotion du riz de mangrove (Réseau Böra Maalé).

Les ateliers réguliers de concertation interprofessionnelle ont été organisés à l’échelle locale, régionale et nationale et ont abouti à des accords mais également à la définition concertée de bonnes pratiques pour tous les acteurs des deux filières afin de mettre sur le marché des produits de qualité, démontrant l’intérêt fort des opérateurs à la base pour la structuration de leurs filières.

Un point important est la reconnaissance de la démarche d’amélioration de la qualité avec la validation concertée du guide des bonnes pratiques pour le riz étuvé et l’huile de palme par tous les acteurs des filières et les services de l’Etat et d’une charte nationale de qualité du riz étuvé (signature par trois Ministères et enregistrement au Journal Officiel).

Des contrats spécifiques ont pu être obtenus pour le riz (achat par le PAM aux étuveuses, en collaboration avec les organisations paysannes, pour l’approvisionnement des cantines scolaires en particulier) et ont été honorés sans difficulté, témoignant du professionnalisme accru des organisations. La marque collective (label) du riz de mangrove Böra Maalé Fanyi, gérée par une organisation interprofessionnelle, a vu le jour en fin 2014 grâce aux appuis du projet. Ce riz est maintenant en vente dans des réseaux de distributions de renom à Conakry (restaurants Le Damier et les Jardins de Guinée, supermarchés Leader Price, Super Bobo…).

Forts de ses résultats, le Gret et ses partenaires ont lancé en octobre 2016 le projet « Sécurité alimentaire, résilience et agroécologie en Guinée » (SARA), en réponse à l’épidémie d’Ebola et aux effets des changements climatiques.

Floriane Thouillot

Chargée de projet/études - Agriculture : filières et politiques agricoles au Gret
Contact : thouillot@gret.org

Cécile Broutin

Chargée de programme – Filières agricoles au Gret

Kerfalla CAMARA

Directeur exécutif MGE
Contact : kerfalla.camara.mge@gmail.com